La lippe qui murmure

Et s'il fallait m'entendre
pour me lire ?

Qui suis-je à l'oreille ?

Qui suis-je pour les yeux ?

Je capture des détails extatiques
Je chuchote des allitérations à l’oreille de la page blanche
J’essaie de séparer les bons synonymes de l’ivraie
J’assagis par mon souffle les mots frondeurs, les mots hâbleurs
Je dompte les touches de claviers
Je fais la chasse aux aspérités.

Lorsque je m’échappe du cadre
J’observe les personnages du tableau
Les consensuels, les secs-du-cœur
Les volubiles, les timorés
Ceux qui débordent du châssis doré.

Et j’écris.

PS : Gustave F., je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai.